Une Nuit au Cimetière - 2

Publié le par Arkeane

" Nous arrivâmes [...] devant un grand portail en fer forgé."

- Mais non les gars, laissez la tranquille, arrêtez vos jeux débiles. Venez on s’en va ! protesta Timéo, qui lui avait gardé les idées claires, comme à chaque fois.

Malgré cela, je ne l’écoutai pas. J’étais déjà loin et je ne comptais pas faire demi-tour. Je me dirigeai donc vers cette jeune fille, ne sachant pas que je signais là mon arrêt de mort…

- Bonjour, vous êtes sublime, dis-je en m’asseyant à côté d’elle sur le banc. Vous êtes seule ?

- Non, je ne le suis plus vu que vous êtes là à présent, me répondit-elle en se tournant vers moi, un sourire charmeur accroché aux lèvres.

- Et j’espère alors que ma présence ne vous dérange pas, rétorquai-je en souriant à mon tour.

- Pas le moins du monde. Depuis que je vous ai aperçu avec vos amis tout à l’heure j’espérais que vous viendriez vers moi.

Elle se mordilla la lèvre et j’eu le plus grand mal à détacher mon regard de cette bouche pleine et bien dessinée.

- Je vais devoir y aller par contre… lâcha-elle subitement.

- Déjà ? marmonnai-je tristement avec une moue de calimero.

- Oui, malheureusement, murmura-elle en se rapprochant de moi.

Elle posa une des ses mains fine et blanche sur ma cuisse et me susurra à l’oreille :

- Mais ici, ce soir à 23h, je t’attendrais.

Puis ses lèvres effleurèrent mon oreille et descendirent ensuite vers mon cou où elle m’embrassa délicatement avant de se relever du banc et de s’éloigner.

Une foule de sentiments se mélangeait en moi, mon cœur battait la chamade. Cette fille m’avait complètement envouté. J’admirais tout en elle, de sa voix suave à son parfum enivrant en passant par ses gestes et son corps parfait. A peine eut elle disparut que je me sentis seul, vide et abandonné, plus rien ne m’intéressais, je voulais seulement la revoir… Néanmoins mes amis me rejoignirent bientôt mettant ainsi un terme à mes tristes pensées.

- Alors ?! Tu as réussi à avoir son numéro ? s’excita Ethan.

Je fis non de la tête.

- Ahaha ! J’en étais sur ! A moi les 5 euros ! s’écria-il.

- Mais j’ai rendez-vous cette nuit avec elle, dis-je avec un sourire radieux.

- Quoi !? s’exclamèrent ensemble mes amis incrédules.

- On peut dire que tu ne perds pas de temps toi dis donc ! réplica Ethan.

- Et tu vas y aller ? me demanda Timéo.

- Bien sur ! Je serais bête de ne pas profiter d’une telle occasion !

- Tu ne la connais pas, riposta Tim. Et le soir ça craint…

- Eh mec, arrête de t’inquiéter ! Je suis un grand garçon hein ! Je sais me défendre et ce n’est pas une fille qui risque de me faire du mal, m’écriai-je.

Une fois de plus je ne l’écoutai pas, j’aurais pourtant dû…

Le soir venu, à 23h pile, j’arrivai devant le banc. Mon cœur loupa un battement quand je l’aperçus, elle était déjà là, magnifique, adossée à un arbre.

- Bonsoir, me dit-elle de sa voix mélodieuse.

- Bonsoir miss, répondis-je à mon tour.

Puis elle s’approcha de moi d’un pas félin et me pris la main.

- Où allons-nous ? demanda-elle.

- Où tu voudras.

Elle fit semblant de réfléchir un instant puis parti en me tirant à sa suite.

- Alors ? Où as-tu décidé de m’emmener ?

- C’est une surprise.

- Bon très bien, je vais te suivre aveuglement alors !

Je la laissai donc me guider dans les rues sombres, profitant intensément du contact de sa main froide dans la mienne, écoutant les bruits de ses pas claquant sur le bitume et surtout goutant à son parfum qui emplissait l’air à chacun de ses mouvements.

Nous arrivâmes, quelques minutes plus tard, devant un grand portail en fer forgé.

- Où sommes-nous ?

- Chut ! me répondit-elle tout en crochetant la serrure de la grille.

- Heu… Ce n’est pas très légal de forcer un portail en pleine nuit…

- Ne t’inquiète pas, murmura-elle en me caressant la joue du bout de ses doigts fins, puis elle se dirigea vers le portail, l’ouvrit et pénétra à l’intérieur de l’enceinte. Je me dépêchai de la rattraper.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article