Les Héritiers - 10

Publié le par Arkeane

"Du sang s’écoulait [...] formant ainsi une tache rouge vif sur la neige immaculée."

- Ça fait mal, n’est-ce pas ? Rassure-toi, ce n’est que le début. Ce que je te réserve par la suite est bien pire !

Le sourire cruel du Guerrier s’étira davantage, laissant apparaitre des dents taillées en pointes et ses yeux devinrent encore plus flamboyant de haine.

- Vous… allez…. le…. regretter… siffla Adélaïde.

Elle essuya d’un revers de la main le sang qui maintenant coulait abondamment de l’entaille et elle recommença à combattre avec encore plus d’acharnement. La rage et son désir de vengeance lui faisait occulter la fatigue et la douleur.

- Oh ! Il suffisait de blesser la demoiselle pour que celle-ci montre enfin de quoi elle est vraiment capable, s’exclama l’homme avec étonnement. Dommage que cela ne suffise pas pour me battre.

Pendant ce temps, celui qui était tombé de son cheval se releva avec difficulté et il tituba jusqu'à l’endroit où Adélaïde et l’autre Guerrier des Flammes se battaient. Aucun des deux n’avait encore remarqué sa présence. Il s’adossa à un arbre car la tête lui tournait, mais il réussit tout de même à discerner les deux silhouettes. A ses pieds se trouvait un gros morceau de bois, il s’en saisi et s’approcha du combat. C’est au moment où il arriva derrière Adélaïde que son compagnon le vit.

- Je sens que ta fin est proche, s’exclama joyeusement l’assassin de la mère d’Adélaïde.

La jeune fille allait répondre mais elle n’en eu pas le temps. Elle ressenti un violent coup sur le crâne ce qui la fit vaciller et elle s’écroula sur le sol enneigé. Elle ne perçu plus que deux ombres indistinctes tandis que sa vue se brouillait et qu’elle sombrait dans l’inconscience.

Malgré cela, un murmure imperceptible s’échappa de ses lèvres avant que tout ne devienne noir autour d’elle :

- Wanuy…

Wanuy, quant à elle, survolait tranquillement la forêt à la recherche d’une proie quand elle entendit très distinctement la voix d’Adélaïde l’appelant dans sa tête.

« - Adélaïde ? » demanda la dragonne en message télépathique.

Aucune réponse.

« - Adélaïde, où es-tu ? »

Wanuy, se doutant qu’Adélaïde avait un problème, vira à gauche et elle su d’instinct où elle devait aller, comme si un lien invisible l’emmenait vers son Héritière. Elle se fit la plus discrète possible dans le ciel, ou tout du moins elle essaya d’être aussi discrète qu’un dragon pouvait l’être. Lorsqu’elle arriva au-dessus de l’endroit où avait eu lieu l’attaque, elle aperçut Adélaïde évanouie et étendue par terre. A ses côtés il y avait deux hommes, dont l’un tenait une épée au niveau de la gorge de la jeune fille.

Oh non, ça ne va pas se passer comme ça, je ne vous laisserais pas faire du mal à Adélaïde. pensa Wanuy.

La dragonne noire plongea vers le sol en poussant un grognement assourdissant, ceci eu l’effet attendu, celui de surprendre les Guerriers des Flammes. Ils relevèrent la tête et virent avec horreur que la dragonne fonçait sur eux.

- Je t’avais bien dit que ce n’était pas normal qu’elle ne soit pas accompagnée de son dragon ! s’exclama le Guerrier qui avait assommé Adélaïde.

L’autre n’eut pas le temps de répondre car Wanuy venait de se poser en face d’eux, les crocs découverts.

« - Je vais vous faire regretter de vous en être pris à mon Héritière ! » les informa-t-elle en messages télépathiques.

- Ce n’est pas un vulgaire dragon qui va me faire peur ! s’écria le Guerrier avec lequel Adélaïde s’était battu. J’en ai tué des biens plus féroces que toi, reprit-il.

Il s’élança vers la dragonne mais celle-ci lui cracha un long jet de feu et ses vêtements s’enflammèrent aussitôt. Le Guerrier hurla de douleur sous la morsure impitoyable des flammes.

« - Quelle ironie pour un Guerrier des Flammes de mourir brulé par le feu d’un dragon ! Tu retourneras ainsi d’où tu viens ! »

Le corps inerte du Guerrier était tombé dans la neige ce qui éteignit le feu. L’autre homme se précipita vers les restes calcinés et encore fumants de son compagnon.

« - Tu vas subir le même sort ! » s’exclama la dragonne.

Elle cracha de nouveau des flammes puis elle se précipita sans attendre vers Adélaïde, laissant brûler le deuxième Guerrier. Néanmoins ce dernier empoigna son épée et blessa Wanuy à la patte arrière avant de périr. Elle ne prêta pas la moindre attention à sa blessure et tandis que du sang s’écoulait lentement de l’entaille, formant ainsi une tache rouge vif sur la neige immaculée, Wanuy prit délicatement Adélaïde, toujours inconsciente, entre ses pattes et s’envola sans tarder en direction de la tour.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article