La Morsure du Chaos - 1

Publié le par Arkeane

"Prisonnière d’un humide cachot."

Les larmes ruisselaient le long de ses joues, elle s’était pourtant promis de ne pas pleurer… Mais là, enchainée et seule dans le noir, prisonnière d’un humide cachot, elle ne pouvait les empêcher de couler.

Ils l’avaient humiliée, torturée puis jetée aux fers, malgré tout, elle n’avait pas parlé. Ils n’obtiendraient rien d’elle ! Si ce n’est ces larmes… Et c’était déjà trop pensait-t-elle.

Des bruits de pas résonnèrent au loin, Ils approchaient… Le son d’une clef que l’on tourne dans une serrure, Ils approchaient… Le grincement sinistre d’une porte que l’on ouvre, Ils étaient là…

- Réveille-toi ! hurla l’un de ses bourreaux.

Une gifle violente accompagna ces mots.

Elle ouvrit les yeux mais ne distinguait rien dans la pénombre de sa cellule, si ce n’est des ombres mouvantes.

Un mince filet de sang s’échappa de ses lèvres fendues.

- Tu ne veux toujours rien nous dire ? demanda un second tortionnaire.

Elle resta silencieuse, la tête baissée.

Cette fois-ci ce ne fut pas une main qui vint la frapper au visage mais un poing, néanmoins elle ne bougea pas.

- Nous te laissons réfléchir jusqu'à demain. Si demain tu ne parles toujours pas alors nous n’aurons plus le choix. Tu devras affronter Le Maitre… Et sache que lui te fera regretter mille fois plus que nous d’être née… susurra l’un des bourreaux.

Et ils partirent. Elle se retrouva de nouveau seule dans les ténèbres de sa geôle, mais un imperceptible sourire se dessina sur ses lèvres craquelées.

Elle pensa, comme ses bourreaux le lui avaient ordonné. Elle pensa à sa mission sur le point de s’achever. Elle pensa au voile noir qui pesait sur le monde à cause d’Eux. Ils étaient le mal, et elle devait les arrêter. Les empêcher d’asservir les hommes, les empêcher de mettre les terres à feux et à sang, les empêcher de plonger le monde dans le chaos.

Demain elle verrait Le Maitre, oui demain tout sera achevé…

Elle finit par sombrer dans un sommeil fait de rêve de rouge et de noir, de sang et de terres brulées, de torture et de douleur…

Le réveil le lendemain fut brutal, Ils la tirent de son sommeil agité sans aucune douceur. Ils ne lui demandèrent même pas si elle avait changé d’avis durant la nuit, lui passant directement les fers aux poignets, ils la menèrent ensuite vers la porte.

- Allez ! Bouge-toi ! Le Maitre sera très content de te rencontrer ! jubilait l’un des bourreaux.

Elle les suivit en silence, la tête baissée, un air résigné sur le visage. Ils arrivèrent enfin dans une grande salle éclairée par de nombreuses bougies. En son centre trônait un magnifique siège taillé dans du bois noir. Puis elle le vit, lui, Le Maitre… Droit et majestueux, terrifiant…

Elle se sentit projeter au sol sans ménagement, tombant à genoux sur les dalles froides et dures de la pièce.

Une voix aussi tranchante qu’une lame de rasoir s’éleva entre les murs de pierres :

- C’est donc toi ? Celle qui même face à mes meilleurs disciples n’a pas parlé ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article