Les Héritiers - 18

Publié le par Arkeane

"Bien protégé dans les montagnes."

La dragonne noire se raidit et d’une voix faible elle demanda :

« - Elle est morte ? »

« - Je suis désolé de te l’apprendre si brutalement… répondit le Roi Araxior. C’était l’une de nos meilleurs soldats mais les Guerriers des Flammes lui ont tendu un abject piège lors de la grande guerre. Elle et toute son unité ont péri… »

Wanuy encaissa le coup, elle avait tant espéré pouvoir enfin retrouver sa mère et faire sa connaissance mais tous ses rêves furent détruits à cause des Guerriers des Flammes…

« - Comment s’appelait-elle ? » murmura la dragonne noire.

« - Ishima. »

Ishima… Ce nom résonnait dans sa tête. Ainsi c’était comme ça que se prénommait sa mère. Sa mère qu’elle ne connaîtrait jamais mais qu’elle se jura de venger, même si cela devait lui coûter la vie.

Wanuy était perdu dans ses pensées, seule sa promesse de vengeance l’obnubilait, tout le reste autour d’elle n’existait plus. Mais finalement la puissante voix du Roi Araxior la ramena parmi les autres.

« - Vous avez sans doute dû braver de nombreux dangers pour parvenir jusqu’ici, vous avez même démoli ma sublime porte d’entrée en passant outre l’interdiction de mes gardes. Cela m’étonnerait que ce soit juste pour bavarder et échanger quelques civilités. »

Voyant que Wanuy ne répondait pas, Adélaïde prit donc la parole, mais avant elle s’inclina une fois de plus devant le Roi, comme le voulait les conventions établies.

« - Effectivement, nous ne sommes pas venu sur votre territoire juste pour le plaisir, mais plutôt pour solliciter votre aide, noble Roi. » Malgré sa basse naissance, la jeune fille faisait son possible pour paraitre courtoise et polie envers le souverain des Dragons.

Un grondement sourd de mécontentement s’éleva dans la pièce.

« - Silence ! Ecoutons d’abord ce qu’elle a à dire. » déclara le Roi Araxior pour faire taire les chuchotements des cinq dragons présents dans la salle.

Une fois le silence revenu, Adélaïde entama son discours :

« - Vous connaissez les Guerriers des Flammes. A ces mots le Roi des Dragons se raidi mais il n’interrompit pas la jeune fille. Ils ne sont pas morts et pour survivre ils se sont peu à peu transformés en une bande de brigands pillant et saccageant tout sur leur passage. Mais depuis qu’ils ont retrouvé ma trace ils veulent finir ce qu’ils ont commencé, c'est-à-dire exterminer tous les Héritiers du Savoir des Dragons, aussi bien dragon que humain… »

« - En quoi cela me concerne-t-il! Il y a bien longtemps que je me suis retiré de cette guerre qui a couté la vie à tant de mes sujets ! » s’emporta le Roi.

« - Nous devons arrêter les Guerriers des Flammes définitivement, et nous n’y arriverons pas toutes seules. » s’exclama Wanuy.

« - La première tentative a échouée, je ne vois pas en quoi celle-ci réussirait mieux que la précédente. »

« - Alors vous allez rester ici, bien protégé dans les montagnes sans rien faire ? » demanda Adélaïde.

« - Oui. »

« - Non ! Vous ne pouvez pas faire ça ! Nous allons nous faire tuer ! » s’égosilla la jeune fille.

« - Pensez à tous ces innocents que vous condamnez, Seigneur Araxior. Tous ceux qui sont mort pendant une des attaques des Guerriers des Flammes, et tous ceux qui mourront encore si nous ne faisons rien ! » renchérit Wanuy.

« - Nous ne nous soucions plus des humains depuis que l’Alliance qui nous unissait à eux fut détruite avec la mort de tous les Héritiers. Et je suis près à sacrifier deux vies pour que la race des Dragons ne s’éteigne pas en s’engageant dans une guerre perdue d’avance. Sur ce, je vous demanderais de quitter cette pièce. Votre demande est rejetée. »

« - Vous avez peur ! C’est pour ça que vous avez fuis le combat ! Vous avez peur et vous vous êtes tous refugié ici en croyant que ces montagnes vous protégeraient éternellement, mais les Guerriers des Flammes vous trouveront et ils vous extermineront vous aussi ! Et là, il n’y aura plus personne pour se sacrifier à votre place ! »

Adélaïde hurlait de rage pendant que Wanuy tentait désespérément de la calmer.

« - Tais-toi misérable humaine ! Faites les sortir immédiatement ! »

Les deux gardes dragons s’exécutèrent aussitôt.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article