Rédemption - 7

Publié le par Arkeane

"La ruelle sombre où je m’étais engagé."

Ses mots violents m’écorchèrent et me firent mal. Ainsi le bonheur ne pouvait durer… Je partis avant qu’Akitchi ne puisse voir mes larmes couler. Je l’aimais, il m’avait abandonné… Je partis en courant sans un regard en arrière. Ne pas s’attacher pour ne pas souffrir… J’aurais dû m’en rappeler… De nouveau seul… Je marchais sans savoir où j’allais, le soleil tombait dans les abîmes et mon cœur déchiré le rejoignit. J’étais perdu en ville, la nuit, le vent soufflait, il faisait froid, j’avais mal, je voulais mourir… Toujours déçu, condamné à ne jamais être heureux… Qu’avais-je fais pour mériter cela ? Je ne savais pas… Pourquoi avait-il réagit comme ça ? Je ne savais pas… Il avait passé tant de temps à me montrer la beauté de la vie, tant de temps à m’aider à illuminer les ténèbres qui m’avaient envahi, tant de temps… Et en un seul instant tout avait de nouveau basculé… Je retombais dans un gouffre obscur et sans fond, uniquement tapissé par ses mots cruels qui tourbillonnaient à n’en plus finir dans mon esprit : « Moi je ne t’aime pas ! Part ! Je ne veux plus jamais te revoir ! » Pourquoi ? Pourquoi lui avais-je fais confiance ? Il s’était joué de moi… Je souffrais… Encore et encore… La vie était bien impitoyable en me laissant gouter au bonheur pour me le ravir immédiatement après… Pourquoi vivais-je encore ? Il n’y avait plus aucun espoir en ce bas monde… Il n’y en avait jamais eu… J’avais eu tort d’espérer…

Soudain un rire féroce et désincarné résonna dans la ruelle sombre où je m’étais engagé, me tirant brusquement de mes horribles pensées. Lorsque je relevai la tête, à la recherche de l’origine de ce bruit, je n’aperçu devant moi que la noirceur de la nuit. Le rire recommença, provenant cette fois ci de derrière moi. Je me retournai hâtivement et ne distinguai rien de plus, hormis les ténèbres obscure. Puis je le sentis… Ce froid intense qui me glaça jusqu’aux os, me transperçant de toute part. Et subitement je la vis… Cette ombre dansante devant moi, plus noire encore que l’obscurité alentour.

Je percevais le danger insidieux. Je le ressentais au plus profond de mon être. Je voulais fuir aussi vite et aussi loin que possible, mais mes jambes ne répondaient plus aux signaux envoyés par mon cerveau. Tout mon corps était devenu de marbre, la peur m’étreignait…

Ce rire perçant aux échos inhumain s’éleva de nouveau dans les airs, emplissant mon cœur d’effroi. L’ombre s’approchait… Des volutes de fumée noire l’enveloppaient, tournoyant autours d’elle, m’empêchant de discerner ses contours. Le poison de l’angoisse se distillait vivement dans mes veines. Et soudain dans l’obscurité, deux yeux rouges sang éclatant d’une lueur de sauvagerie indomptée, me fixèrent. La brume s’évapora et l’ombre se mua en une jeune femme à la beauté terrifiante. Sauf que deux grandes ailes d’un noir profond encadraient son corps magnifique…

Qu’est-ce que c’est ? Ce n’est pas normal. Une femme avec des ailes… Non ce n’est pas possible… Je dois surement rêver !

Cependant je ne rêvais pas. Le contact glacé de la main de la jeune femme lorsqu’elle effleura mon visage était on ne peut plus réel…

- C’est donc toi… murmura-elle. Je dois bien avouer qu’Akitchi a toujours su bien choisir ses proies.

Je ne parvenais toujours pas à bouger, comme si mes pieds étaient enracinés dans le sol.

- Qui… Qui êtes-vous ? Co… Comment connaissez-vous Akitchi ? réussi-je tout de même à balbutier.

- Qui suis-je ? Je suis une démone ! Ce n’est pas assez visible ? lança-elle excédée.

- Une… Une démone ? Que… Que me voulez-vous ?

- Arrête de bégayer ! On dirait que tu as peur !

Comment ne pas avoir peur quand une femme… non, une démone semble-t-il, se tient en face de vous, que vous voyez dans ses yeux la cruauté à l’état pur, que son aura de noirceur vous transperce et vous glace au point que vous n’arrivez même plus à bouger…

- Oh ! Tu as vraiment peur, c’est ça ? J’aime ça, c’est si jouissif de se sentir crainte !

- Je n’ai pas peur de la mort ! lançais-je dans un instant de bravade absolue.

- Qui a parlé de mourir ?

- Vous ne voulez pas me tuer ? demandais-je incrédule.

- Non, car le sort que je te réserve est pire encore que la mort !

Soudain un éclair fugitif dans la main de la démone. Puis l’acier froid d’une lame contre ma joue.

- Oh oui, pire… chuchota-elle tout près de moi. Des frissons de frayeurs traversaient mon corps et je m’attendais à tout instant à souffrir entre les mains de cette horreur inhumaine.

- Ne le touche pas, Itami ! hurla une voix derrière la jeune femme.

Une voix que j’aurais pu reconnaître entre mille… Akitchi !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article