Vent d'Est, Vent d'Ouest - Pearl Buck

Publié le par Arkeane

Vent d'Est, Vent d'Ouest - Pearl Buck
La rencontre entre deux modes de vie

 

 

Titre : Vent d'Est, Vent d'Ouest

Autrice : Pearl Buck

Édition : Gautier-Languereau

Dépôt légal : 2e trimestre 1976

Premier parution : 1930

Genre : Littérature étrangère – Roman réaliste

Nombre de page : 250

 

 

 

 

 

 

Quatrième de couverture :

Années 1920. Kwei-Lan « vient d'être mariée », sans le connaître, à un jeune Chinois auquel elle a été promise avant même sa naissance. Ce Chinois revient d'Europe, il a oublié la loi de ses ancêtres, il ne respecte ni les coutumes ni les rites...
Le frère de Kwei-Lan, l'héritier mâle, dépositaire du nom et des vertus de la race, qui vient de passer trois ans en Amérique, annonce son mariage avec une étrangère ; il revient avec elle...
À travers les réactions des membres de cette famille de haute condition où l'attachement aux traditions, le culte des ancêtres, l'autorité du père et de la mère n'avaient encore subi aucune atteinte, la grande romancière Pearl Buck nous fait vivre intensément le conflit souvent dramatique entre la jeune et la vieille Chine.

 

Mon avis :

Il s'agit ici d'un genre qui ne m'est pas familier et je ne serais jamais aller vers ce livre de moi-même s'il ne m'avait pas été conseillé par quelqu'un l'ayant lu dans sa jeunesse. Cette lecture l'a marquée et elle m'en parla avec tant d'entrain lorsqu'elle le retrouva que je me suis laissé tenter.

 

J'ai tout de même abordé ce livre avec un peu d'appréhension, n'allais-je pas m'ennuyer dans ma lecture puisqu'il s'agissait d'une histoire ancrée dans le monde réel ? Eh bien, contre toute attente, non je ne me suis pas ennuyer, j'ai même dévoré ce livre en quelques jours à peine. Paru en 1930 et écrit par autrice américaine ayant grandi en Chine ce livre raconte avec une étonnante justesse, si l'on en croit la préface de Marc Chadourne, l'ouverture au monde de la Chine et le conflit entre les traditions de la vieille Chine et la modernité de la jeune. N'ayant pas vécu cette époque je ne peux juger ce point là, je ne sais pas si en effet ce livre relate avec exactitude les us et coutumes chinoise ou s'il est biaisé par des réflexions racistes. Tout ce que je peux dire c'est que l’écriture est fluide, toute en finesse et qu'elle a réussi a me faire voyager.

 

Je me suis plongée sans m'en rendre compte dans les histoires d'une famille à un tournant de sa vie afin d'en connaître le dénouement. J'ai pleuré pour les parents, ne pouvant se résoudre à changer, emprisonnés dans les vieilles traditions et ne comprenant pas pourquoi leur monde s’écroule, mais j'ai également eu de la peine pour les enfants, abandonnant derrière eux tout ce qu'ils étaient. Au travers ce livre on comprend que le changement, qu'il soit bénéfique ou non, ce n'est pas à nous d'en juger, est douloureux et cela m'a émue.

 

Pour conclure, un livre témoin de son époque, beau et triste à la fois qui mérite d’être découvert.

 

Publié dans Avis Livresque, Mes avis

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article